Pierre-Henri Clostermann
Une vie pas comme les autres

Ordreliberation
DrapeauFranceLibre

Accueil | Actualité | Chronologie | Avions | Victoires | Décorations | Jacques Remlinger | Pêche | Carnets | Livres | Multimedia | FAQ | Liens | Nous contacter | Mentions légales | Plan du site

item4

Livres


Une chasse dans le ciel : un ouvrage rarissime de Pierre Clostermann redécouvert

  • Histoire d'une redécouverte

    En octobre 2007, l'un de nos lecteurs, M. Jacques Gazel, nous a indiqué que la rubrique Livres du site ne mentionnait pas un ouvrage de Pierre Clostermann intitulé Une chasse dans le ciel. Quelle ne fut pas notre surprise ! Nous pensions connaître tous les ouvrages de Pierre Clostermann, et celui-là n'était mentionné dans aucune bibliographie.

    Après six mois d'échanges et de recherches, il est apparu :
    • que ce petit ouvrage (12 pages) a bien existé ;
    • qu'il a été tiré à 66 exemplaires numérotés, et jamais réimprimé depuis ;
    • qu'il en existe encore aujourd'hui au moins deux exemplaires ;
    • qu'il raconte une chasse au cygne sauvage en avion, entre Noël 1942 et le Nouvel An 1943.
       
  • Extrait de l'introduction

    Notre exploit ne fut peut-être pas "gentlemanlike"..., mais pour du sport, ce fut du sport !

    Le groupe de chasse R. A. F. 602 "City of Glasgow" auquel j'avais l'honneur d'appartenir s'était couvert de gloire, et accessoirement avait poussé assez loin les limites de l'indiscipline autorisées par le sens de l'humour britannique.
    En conséquence, le G. Q. G, pour refroidir - et ce n'est point là figure de rhétorique - l'enthousiasme des pilotes, nous avait envoyés en villégiature aux îles Orcades.

    C'est ainsi que, le 28 décembre 1943, à Skeabrane, succursale du Pôle nord, se déroula la chasse épique dont je retrouve l'histoire dans mes notes de l'époque.

    [...]
     
  • Notre avis

    Un petit bijou de livre. Une merveilleuse histoire de Noël.
     
  • Références : Une chasse dans le ciel, Editeur Pierre Aelberts, Editions Dynamo (Liège, Belgique), février 1954.
     

item6

Haut de page


Le grand cirque

  • Extraits de l'avant-propos de Pierre Clostermann

    Enfant unique, dix mille kilomètres m'ont séparé pendant quatre ans de mes parents, Français Libres comme moi. De Londres à Brazzaville, la correspondance était difficile, les lettres sévèrement censurées sur tout ce qui touchait les activités militaires. L'espace restreint de la carte-lettre aérienne mensuelle autorisée ne se prêtait guère à la description de ma vie en Angleterre avec la R.A.F. et les Forces Aériennes Libres.

    Et pourtant, je voulais évoquer pour mon père et ma mère cette vie nouvelle, si pleine d'émotions, d'imprévu - ingrate, mais très belle. Je voulais qu'ils puissent la revivre, minute par minute - même si je ne revenais pas pour la raconter... C'est ainsi que, par le truchement d'un gros cahier d'ordonnance de l'Air Ministry, frappé du chiffre du roi d' Angleterre, G. R., tous les soirs je leur ai décrit ma journée. Une vieille enveloppe collée à la couverture contenait mon testament - un peu ridicule, car les "mercenaires" du général de Gaulle n'avaient à coucher sur le papier, en guise de biens temporels, que leur foi dans la France et leurs rêves précaires d'avenir. Sur la page de garde, j'avais écrit : "ln case something should happen to me (either to be killed or posted missing) I want this book to be sent to my Father, capitaine Jacques Clostermann, French Headquarters, Brazzaville (1) 10-3-1942 avec l'espoir qu'au cas où je serais tué ou porté disparu, ce cahier leur parviendrait. Et je voulais que mes parents, en le recevant, en le lisant, retrouvent ma présence et ma voix, comme une consolation.

    [...]

    Le destin, qui a été si cruel pour tant de mes camarades, a voulu que je survive à quatre cent vingt missions de guerre. Un beau jour, la tragédie terminée, j'ai pu conter de vive voix, à mon père l'histoire de ces quatre années. Deux ans ont passé. J'ai eu, avec les rares survivants des F.A.F.L., l'ingrate mission de visiter les familles de nos amis qui n'étaient pas revenus - de chercher à leur donner l'amère consolation du récit de la vie de leurs enfants. Mais nous n'avons pas pu les toucher tous.

    Nous avons aussi rencontré beaucoup de Français qui n'avaient pas la moindre notion de ce qui s'était passé de l'autre côté de la Manche - ou qui préféraient continuer à l'ignorer... Mais nous sentions également que d'autres Français cherchaient, eux, à le savoir, pour y trouver peut-être de quoi soutenir leur espérance et leur foi. C'est pour eux tous que ces pages sont publiées.

    [...]

    Je demande au lecteur de ne pas y chercher une oeuvre littéraire. J'ai simplement consigné au jour le jour des impressions, des instantanés photographiques, des images gravées au passage dans ma mémoire. Il aurait fallu un bien grand talent pour faire revivre sous une forme à la fois littéraire et vraie la carrière d'un pilote de chasse de cette guerre ! Et c'est justement parce que c'était vrai, parce que c'était tout chaud de l'action, que je n'ai pas voulu retoucher ces cahiers. J'ai tenu à conserver les expressions anglaises, certains mots qui frisent le barbarisme - je ne pouvais quand même pas les renier , puisque nous les avons eus dans la bouche quatre années durant ! L'anglais était de rigueur à la radio, avec toute sa floraison si pittoresque de mots de code et d'argot de la R.A.F. Comment traduire, autrement qu'en notes au bas d'une page, ces conversations radiotéléphoniques, sans leur faire perdre leur vigueur et leur concision.

    [...]

    Certaines réflexions ou descriptions choqueront peut-être par leur franchise ou leur cruauté. Mais il ne faut pas oublier que ces pages ont été écrites pour mon père et ma mère, qui étaient mes amis et mes confidents auxquels je pouvais exposer à coeur ouvert mes faiblesses, mes amertumes, mes joies ou mes enfantillages. Évidemment, j'ai longuement hésité devant certaines pages, par une sorte de pudeur intime - mais la vérité eût souffert de ces suppressions. Et puis, après tout, nous étions tous des gosses, avec les mêmes réactions devant le danger, les victoires et les injustices... Ce que j'exprime, nous tous, les F.A.F.L., nous l'avons vécu, senti ou pensé.

    [...]

    Puissent ces pages et ces photos aider celui qui entreprendra de conter en détail l' histoire atroce mais merveilleuse de cette longue guerre. Puissent-elles aussi amener certains à plus de discrétion ou de pudeur dans leurs jugements, à se rappeler que même si les aviateurs Français Libres n'ont pas de monuments, de places, de rues ou de stations de métro, ils n' en ont pas moins inscrit dans le ciel beaucoup de gloire très pure et accru de beaucoup le prestige de la France. Puissent-elles enfin enlever à d'autres ce complexe d'infériorité qui les porte à honorer les victoires de nos alliés, et à ignorer complètement les nôtres.

    C'est mon seul désir, et ce sera ma fierté.

    Pierre Clostermann
    N° MIe 30.973 des Forces Aériennes Françaises Libres.

    (1) Au cas où je serais tué ou porté disparu, je désire que ce livre soit envoyé à mon père, le capitaine Jacques Clostermann, Quartier Général Brazzaville -10-3-1942.
    (2) Hutte où les pilotes s'abritent entre les vols.
    (3) Sweep : opération offensive de chasse lointaine en territoire ennemi.
     
  • Notre avis

    Que dire sur Le Grand Cirque qui n'ait déjà été dit ? Le Grand Cirque restera, et pour longtemps encore, un témoignage inégalé de la vie d'un pilote de chasse. Il est aussi un hommage à tous les combattants de la France Libre. Certes Le Grand Cirque n'est ni parfait, ni complet, et n'a jamais prétendu l'être. Mais il est beaucoup plus que cela : il est profondément humain et vivant. Une leçon de vie. À lire et à relire.
     
  • Références : Le Grand Cirque, Editions Flammarion, 1948


LeGrandCirque1 LeGrandCirque2 LeGrandCirque3 LeGrandCirque4 LeGrandCirque5

Haut de page

 


Le grand cirque en bande dessinée

  • Notre avis

    Le Grand Cirque a été adapté en bande dessinée à trois reprises (à notre connaissance).

    En 1950, Christian Mathelot a produit une bande dessinée inspirée du Grand Cirque. Cette bande dessinée, quasiment introuvable dans son édition originale aujourd'hui, a été récemment rééditée par les éditions Mako. Cet ouvrage a le charme des bandes dessinées des années 50.

    Entre le 20 décembre 1951 et le 8 mai 1952, le Journal de Tintin (édition française) a publié une adaptation du Grand Cirque en 21 épisodes. Le dessinateur était Raoul Auger. On peut voir l'ensemble des 21 couvertures à l'adresse Internet suivante du club LeJournaldeTintin.free.fr (cliquer sur le bouton "Année suivante" en bas à droite de l'écran pour passer à 1952). [Informations communiquées par M. Etienne Louis]

    Entre 2001 et 2003, Manuel Perales, en étroite collaboration avec Pierre Clostermann, a adapté Le Grand Cirque en trois volumes. Manuel Perales a accompli un véritable "travail de Romain", reprenant chaque planche jusqu'à ce que Pierre Clostermann la trouve parfaitement fidèle à ses souvenirs. Une référence donc. Et une bonne manière pour les plus jeunes d'aborder Le Grand Cirque.
     
  • Références : Le Grand Cirque, Pierre Clostermann et Christian Mathelot, Editions Miklo, 2003
    Le Grand Cirque, Pierre Clostermann et Manuel Perales, Editions Miklo, 2001, 2002 et 2003


LeGrandCirqueBD1

item5

LeGrandCirqueBD2 LeGrandCirqueBD3 LeGrandCirqueBD4

 

Haut de page

 


Le grand cirque 2000

  • Note de l'éditeur

    Le Grand Cirque 2000 comprend l'intégralité du journal et les manuscrits de 1941/1945. Deux cents pages inédites complètent le texte du best-seller de 1948. Une importante iconographie illustre cet ouvrage. "Le Grand Cirque est le seul grand livre issu de la guerre 39/45." William Faulkner. "Ce livre, je l'ai relu. Il est magnifique d'avoir fait ce que vous avez donné à la France. Merci de l'avoir si bien écrit." Général de Gaulle. Le Grand Cirque 2000 ce sont les mémoires, rédigées pour ses parents, d'un jeune pilote des Forces Aériennes Françaises Libres détaché dans les escadrilles de chasse de la Royal Air Force. Jamais la furie des duels aériens à six cents kilomètres heures, l'agonie dans les flammes, la Flak antiaérienne mortelle n'avaient été évoqués ainsi. Ces textes écrits au jour le jour installent le lecteur dans le poste de pilotage d'un avion de chasse. Victoires, défaites, perte des amis et explosions sanglantes, monotonie et levers à l'aube avec toujours, des centaines de matins durant, l'angoisse sous-jacente de se demander si ce jour-là sera le dernier ! Publié dans le monde entier, livre phare de la dernière guerre, ce texte vérité est aussi un témoignage profondément humain sur des vertus souvent révélées par la guerre : peur, courage, estime de l'adversaire, dégoût devant les horreurs des bombardements alliés, valeur de l'amitié, abnégation. Ce livre universel s'adresse aux historiens comme aux nouvelles générations. Toujours d'actualité, c'est un classique que l'on garde dans sa bibliothèque.
     
  • Références : Le Grand Cirque 2000, Editions Flammarion, 2001

 

LeGrandCirque2000

Haut de page

 


Feux du ciel

  • Note de l'éditeur

    Dans Feux du Ciel , Pierre Clostermann décrit un certain nombre d'épisodes dramatiques de la dernière guerre. Ce sont les Hurricanes et les Bréguets qui, à Maestricht, en mai 1940, tentent vainement d'endiguer le flot des Stukas et des Messerschmitts. Ce sont les aviateurs américains qui subissent presque sans défense, à Pearl-Harbour, l'attaque japonaise, puis combattent héroïquement, dans la presqu'île de Bataan. Nous voyons encore l'insurection de de Varsovie vainement secourue par la R.A.F., l'agonie de la Luftwaffe, l'épopée des avions-suicides japonais dans la guerre du Pacifique. Et l'auteur évoque pieusement trois grands morts qu'il a connus : le Canadian Beurling, virtuose incomparable de la chasse dans le ciel de Malte, le colonel Pijaud, héros de la France Libre, et Max Guedj, porté disparu dans l'été de la libération.

    Pour l'avoir vécue lui-même, pour avoir côtoyé un grand nombre de ses protagonistes, Pierre Clostermann était plus apte que quiconque à écrire cette Épopée Secrète des Combattants du Ciel. Né des patientes recherches de l'auteur, des confessions qu'il a recueuillies, Feux du Ciel constitue peut-être le document le plus émouvant sur la guerre, en même temps que le suprême hommage rendu à des frères d'armes disparus ou survivants.
     
  • Références : Feux du Ciel, Editions Flammarion, 1951

 

FeuxDuCiel1 FeuxDuCiel2

Haut de page

 


Appui-feu sur l'oued Hallaïl

  • Extraits de la préface de Pierre Clostermann

    Hier, par Le Grand Cirque, j'ai voulu faire revivre le combat d'un pilote de chasse de la France Libre dans les cieux d'Europe 1942-1945.

    Aujourd'hui, Appui-feu sur l'oued Hallaïl est l'histoire d'un officier pilote de réserve rappelé en Algérie 1956-1957. Ce n'est une autobiographie, ni une œuvre littéraire d'imagination. Sous la forme d'un récit historique, c'est plutôt un reportage photographique où les mots tentent de remplacer la pellicule.

    [...]

    Un million et demi de jeunes Français ont servi la France en Algérie, et treize mille d'entre eux y sont morts au cours d'opérations militaires ingrates, confuses et décourageantes. L'aspect politique de cette guerre n'intéresse pas ce livre. La politique algérienne a trop servi les passions des tribuns de la salle Wagram ou du Forum d'Alger. Elle a trop nourri les ambitions impitoyables des exilés des Palaces du Caire et de Tunis. Les uns et les autres sont méprisés par les hommes des deux camps qui souffrent et qui meurent dans les djebels.

    [...]

    Mais, au fond des choses et malgré les grands raisonnements, qu'un enfant soit tué d'une façon sauvage ou civilisée, déchiqueté par un obus moderne de 20 mm ou éventré par un poignard anachronique, c'est toujours un enfant mort, et c'est toujours un crime.

    Nous vivons un triste siècle, où l'on tue trop facilement pour trop de bonnes raisons.

    [...]
     
  • Références : Appui-feu sur l'oued Hallaïl, Editions Flammarion, 1960
     

AppuiFeu

 

Haut de page
 


Des poissons si grands

  • Note de l'éditeur

    Héros de la dernière guerre, Pierre Clostermann n'a pas renoncé à l'aventure puisqu'il parcourt les océans et les grands lacs du globe à la poursuite de poissons fabuleux. Il raconte ici un certain nombre de ces expéditions : leur raison d'être, les préparatifs, la recherche du monstre, la façon de le tenter, le choc puissant lorsqu'il attaque, le combat épuisant qui se termine par l'échec ou la capture.

    Mais Des poissons si grand... n'est pas seulement le récit d'extraordinaires parties de pêche dans toutes les régions du monde, c'est aussi la relation de merveilleux voyages où la poésie de la nature et l'immensité à la fois appaisante et terrible de la mer jouent leur rôle. C'est une histoire d'amitiés nouées entre des hommes de races et de pays différents tendus vers le même but. C'est une leçon de persévérence, de technique et de valeur physique et morale. C'est une étude passionnante des moeurs souvent incroyables de ces grands fauves des mers que l'auteur pourchasse avec le même entêtement, la même minutie, le même courage, la même estime pour l'adversaire que lorsqu'il écrivait dans le ciel les pages, glorieuses pour l'aviation de chasse française, du Grand Cirque.

    Après le ciel, la mer.Mais ni l'homme, ni l'entreprise, ni le goût de se surpasser soi-même et de contribuer à édifier sa propre légende n'ont tellement changé.
     
  • Notre avis

    Avec cet ouvrage, Pierre Clostermann dévoile une autre facette de son personnage. Et même si vous n'êtes pas passionné(e) de pêche au gros, son talent de conteur vous envoutera.
     
  • Références : Des poissons si grands, Editions Flammarion, 1969
     

item3

 

Haut de page

 


Mémoires au bout d'un fil

  • Note de l'éditeur

    Admirable conteur, Pierre Clostermann relate, dans ce recueil de souvenirs, ses plus belles histoires de pêche au gros de ces trentes dernières années. Il nous entraîne en Colombie, en Australie, en Suède, au Portugal... à la découverte de mers lointaines et à la recherche de poissons exceptionnels. S'il nous fait revivre la furie d'un marlin bleu piqué par l'hameçon, sentir dans les reins la résistance d'un thon de mille livres ou admirer l'indolence d'un espadon croisant en surface, l'auteur sait aussi décrire majestueusement les paysages, les événements et les hommes qu'il rencontre au cours de ses voyages. Ces mémoires, ponctués d'anecdotes savoureuses, ressemblent parfois à un manifeste pour la protection des eaux et des terres. Celui qui partagea sa passion de la pêche avec nombre d'amis inconnus ou illustres, comme Ernest Hemingway ou Charles Ritz, ne peut dissimuler sa peine de voir la nature, sa chère compagne, meurtrie par l'action destructrice des hommes.
     
  • Références : Mémoires au bout d'un fil, Editions Arthaud, 1994

 

MemoireBoutFil

Haut de page

 


Spartacus l'espadon

  • Extraits de la préface de Pierre Clostermann

    "Parmi tous les poissons que j'ai jadis pêchés mais que je ne pêcherai plus, l'espadon m'a toujours particulièrement impressionné, non point seulement parce qu'il était le plus beau des trophées pour un pêcheur, mais parce qu'il devient rare et va bientôt, comme son cousin lointain le grand thon rouge, disparaître des océans. Malheureusement surpêché, poursuivi sans répit dans toutes les mers du globe, il a été classé parmi les espèces en voie de disparition. Nos enfants auront-ils l'occasion d'admirer un jour sa solide beauté, le bleu cobalt de son dos, le bronze lumineux aux reflets nacrés de son ventre ?"
     
  • Références : Spartacus l'espadon, Editions Flammarion, 1989

 

Spartacus

 

Haut de page

 


Une sacrée guerre

  • Note de l'éditeur

    Pour William Faulkner, Le Grand Cirque de Pierre Clostermann était le meilleur livre sorti de la guerre. Plus de quarante ans après leur parution, ces souvenirs d'un as de la R.A.F., le "premier chasseur de France", restent un classique inégalable. Ils ont fasciné des générations de lecteurs. À cause d'eux, beaucoup ont choisi l'aviation.

    Alors qu'est célébré le cinquantième anniversaire de l'Appel du 18 juin, Clostermanna a décidé de revenir sur ses exploits. Et d'en dire plus. Une sacrée guerre ! est d'abord un voyage dans les coulisses du Grand Cirque. On y croise de Gaulle ou Leclerc. L'auteur évoque la mort du Commandant Mouchotte, celle de ses camarades, sans cacher sa peur à lui ni la violence ou la cruauté des combats aériens.

    Mais il parle aussi, avec tendresse et truculence, de ce qui s'est passé "avant" Le Grand Cirque : sa jeunesse insouciante au Brésil, l'apprentissage du vol, son goût précose de l'aventure. Une sacrée guerre ! c'est vraiment l'Histoire à la première personne, un récit qui, par-delà la légende, nous donne une leçon de courage.
     
  • Références : Une sacrée guerre, Editions Flammarion, 1990

 

UneSacreeGuerre

Haut de page

 


L'histoire vécue

  • Note de l'éditeur

    Cinquante ans après la parution du Grand Cirque, le meilleur livre sorti de la guerre selon William Faulkner, Pierre Clostermann n'a cessé de vivre une existence d'aventures et de croiser des personnages intéressants. L'Histoire vécue est le récit de ses rencontres les plus étonnantes et de plusieurs de ses nouveaux exploits, souvent ignorés sinon secrets. Clostermann se présente comme acteur et témoin, avec son franc-parler et à qui on ne la fait pas. Revisitée par lui, la vérité dans l'histoire contemporaine prend un singulier relief.

    Che Guevara, de Gaulle, Rudel (le plus grand as de l'aviation allemande), Churchill, Salazar, Romain Gary, et beaucoup d'autres, il a vu ces hommes de près. Il leur a parlé ; il en a servi certains, chargé de missions discrètes, de messages urgents. Le hasard l'a placé au bon moment aux points chauds de la planète.

    Contre les vérités admises, il dit ce qu'il sait de la "résistance" de Mitterrand, de la guerre des Malouines, de la révolution des Oeillets, de la chute d'Allende ou de la mort de Rommel. La face cachée d'un demi-siècle apparaît en pleine lumière.
     
  • Notre avis

    Passionnant, et souvent décapant !
     
  • Références : L'histoire vécue, Editions Flammarion, 1998

 

LHistoireVecue

Haut de page

 


Une vie pas comme les autres

  • Note de l'éditeur

    Pas comme les autres, la vie de Pierre Clostermann l'est incontestablement. Acteur et spectateur privilégié de nombreux événements du 20ièem siècle, son existence est d'une richesse et d'une originalité exceptionnelles. Ce héros des Forces Aériennes Françaises Libres a voyagé aux quatre coins du monde, construit des milliers d'avions dans son usine de Reims, pêché sur toutes les mers du globe et côtoyé des figures historiques telles que Hemingway ou de Gaulle. Missions contre la chasse allemande, pêche dans une Amazonie encore vierge ou entretiens avec Che Guevara, Pierre Clostermann n'a cessé au fil de ses aventures d'exercer son talent d'observateur alerte et de conteur hors pair. Ce volume vient enfin évoquer sa vie dans son ensemble, à travers certains épisodes majeurs et d'importants inédits : un stupéfiant dog-fight impliquant quatre-vingt-cinq chasseurs, une évocation émouvante de la mort du général de Gaulle, la rencontre fascinante avec un éléphant centenaire en Afrique, les premiers succès de l'aviation civile et d'Air France... Loin des mémoires linéaires ou académiques, l'ami de Joseph Kessel et Romain Gary nous convie à partager les moments forts d'une existence captivante, de la violence sourde de la guerre à la beauté magique de la nature, en passant par la face cachée de l'Histoire. À travers ce parcours incroyablement aventureux se dessine le portrait d'un homme qui ne s'est jamais départi de son courage et de son franc-parler. Un homme libre et juste, méprisant les compromis et les dangers.
     
  • Notre avis

    À l'automne de sa vie, Pierre Clostermann nous livre quelques uns de ses souvenirs les plus personnels : la mort de René Mouchotte, sa rencontre avec Jacqueline, son épouse, ses plus belles parties de pêche, sa rencontre avec Che Guevarra, la mort du général de Gaulle... Probablement le livre le plus émouvant de Pierre Clostermann, qui reprend en outre quelqu'uns des meilleurs passages de Des poissons si grands et de Mémoires au bout d'un fil, aujourd'hui introuvables.
     
  • Références : Une vie pas comme les autres, Editions Flammarion, 2005

 

UneViePasComme

Haut de page